Les fuites urinaires par urgenturie

  1. Comment commence une incontinence urinaire par urgence ?
  2. Est-ce que tout le monde peut être touché par des fuites par urgence ?
  3. Pourquoi a-t-on des IUU ?
  4. Quelles sont les raisons des fuites par urgence ?
  5. Quels sont les symptômes de l’incontinence urinaire par urgence ?
  6. Quels sont les examens médicaux qui permettent de confirmer ses fuites urinaires ?

Comment commence une incontinence urinaire par urgence ?

Qu’est-ce que l’incontinence urinaire par urgence ?

Les fuites urinaires par urgence autre dite, incontinence urinaire par urgenturie (IUU) ou incontinence urinaire par impériosité est caractérisée par une perte involontaire d’urine précédée d’un besoin urgent et irrépressible d’uriner aboutissant à une miction qui ne peut être contrôlée.

Qu’est-ce que les incontinences urinaires par urgence en terme simple ?

Ce sont des fuites urinaires involontaires qui viennent à la suite d’une envie souvent incontrôlable.

Est-ce que tout le monde peut être touché par des fuites par urgence ?

Oui, tout le monde peut développer des fuites urinaires d’urgence. Aucune prédisposition n’est nécessaire.

Pourquoi a-t-on des IUU ?

Normalement, lorsque la vessie se remplit d’urine, les récepteurs d’étirement placer dedans envoient des signaux à la moelle épinière indiquant le besoin ou l’envie d’uriner. Dans des circonstances normales, le cerveau, quand il est d’accord, il envoie une réponse qui entraine la contraction de la vessie et le relâchement des sphincters ce qui nous provoque la vidange de la vessie.

Les personnes souffrant d’incontinence par impériosité ont une capacité réduite, soit à ressentir l’urgence de vider la vessie, soit à inhiber les contractions à partir du moment où ses signaux sont reconnus.

Donc le patient qui a des IUU ne ressent pas l’urgence à aller vider sa vessie ou il n’arrive pas arrêter la commande de vidange qui est lancée. Donc la patiente ne contrôle plus les contractions de sa vessie. Elle est en hyperactivité vésicale (HV).

Qu’est-ce qui cause une hyperactivité vésicale ?

La vessie hyperactive (VH) est causée par une contraction involontaire et excessive de la vessie pendant sa phase de remplissage. La VH peut aussi être due à un trouble du système nerveux central. La HV est parfois associée à des troubles neurologiques, mais souvent c’est comportemental.
Cependant, chez la majorité des patients, la cause des contractions involontaires de la vessie est inconnue, et cette condition est appelée hyperactivité vésicale idiopathique (HVI).

La vessie hyperactive (OAB), ou le syndrome de la vessie hyperactive sont la condition par laquelle un patient présente des symptômes d’urgence, avec ou sans incontinence par impériosité, en l’absence d’infection ou d’autres étiologies prouvées (10). Ces patients peuvent également avoir une fréquence urinaire et une nycturie. La vessie hyperactive est un diagnostic symptomatique et ne nécessite donc pas de test urodynamique pour confirmation.

Quelles sont les raisons des fuites par urgence ?

Existe-t-il des facteurs favorisant l’apparition des fuites urinaires par urgence ?

Parmi les facteurs de risque les plus fréquemment associés à la vessie hyperactive, on retrouve :

  • Le vieillissement,
  • Les problèmes neurologiques (AVC, maladie de parkinson, lésion médullaire…),
  • Les infections urinaires (cystite…),
  • Les effets secondaires de certains médicaments,
  • La grossesse,
  • La ménopause,
  • L’obésité,
  • Le diabète,
  • Le tabagisme,
  • Les problèmes physiologiques (stresse, dépression…)

Vous pouvez présenter un ou plusieurs des ces facteurs de risque en même temps.

Existe-t-il d’autres éléments qui favorisent l’apparition des fuites urinaires par urgence ?

Oui, il y a l’aspect comportemental.

La miction est un réflexe. En gros quand on a envie on va aux toilettes et ça se vide tout seul. Sauf que certaines personnes arrivent à modifier ce réflexe grâce à leur complément. Cela est tout à fait possible si on prend en compte la neuroplasticité.

Quels sont les comportements qui favorisent l’apparition des fuites urinaires par urgence ?

Précaution toilette.
Le tour aux toilettes avant de sortir pour éviter d’avoir à le faire dehors. C’est quelque chose que l’on connait toutes depuis notre tendre enfance.
« Va faire pipi avant de monter dans la voiture »
« Tu es prête pour l’école ? Tu as été aux toilettes ? »

Syndrome du paillasson.
Les femmes qui ne vont aux toilettes que chez eux. La première chose qu’elles font en rentrant c’est de faire pipi. Ce qui crée le syndrome du paillasson.

Envie de faire pipi quand on entend l’eau.
L’un des facteurs qui favorisent cela c’est de faire pipi sous la douche. Le cerveau enregistre : bruit de l’eau=pipi…

Les mauvais comportements il en existe beaucoup, et cela depuis notre enfance.

Quels sont les symptômes de l’incontinence urinaire par urgence ?

Comment savoir si on a une vessie hyperactive ?
  • L’envie pressante d’uriner,
  • Le besoin d’uriner plus de huit fois par période de 24 heures,
  • Etre réveillé par le besoin d’uriner la nuit (deux fois ou plus),
  • Des pertes accidentelles d’urine,
  • Des fuites urinaires qui sont dues à des prises de médicament.
Comment distingue-t-on l’IUU de l’IUE ?

À quelle fréquence allez-vous aux toilettes pour faire passer l’urine ?
À quelle fréquence perdez-vous de l’urine ?
Quand avez-vous des fuites d’urine ?
Quel médicament prenez-vous ?
Que mangez-vous ou buvez-vous normalement ?
Est-ce douloureux/inconfortable lorsque vous urinez ?
Combien de fois te lèves-tu la nuit ?
Avez-vous déjà mouillé le lit ?

Quels sont les examens médicaux qui permettent de confirmer ses fuites urinaires ?

La vessie hyperactive non neurologique est un diagnostic symptomatique et ne nécessite donc pas de test urodynamique pour être confirmée.

Comment soulage-t-on une vessie hyperactive ?
La rééducation ?

La thérapie initiale pour l’incontinence par impériosité devrait être des exercices du plancher pelvien. On parle d’exercice de Kegel aux États-Unis. Le travail par biofeedback peut être plus efficace que les exercices du plancher pelvien. Les exercices des muscles du plancher pelvien de manière globale sont la première ligne de traitement pour l’incontinence et peuvent être efficaces dans 60 % à 80 % des cas.

Les médicaments ?

Lorsque le traitement non pharmacologique seul est inefficace, on peut y associer un traitement pharmacologique. La recherche indique que l’association peut produire de meilleurs résultats que la pharmacothérapie seule (niveau de preuve = A).

La physiopathologie de l’incontinence par impériosité implique l’irritabilité de la base ou du trigone de la vessie, qu’elle soit déclenchée par une irritation locale ou une dénervation neurogène par le cerveau ou la moelle épinière. La prise en charge pharmacologique vise cette irritabilité.

En cas d’irritation locale
Un traitement antibiotique d’une cystite ou d’une infection des voies urinaires
Une crème vaginale topique à base d’œstrogènes peut suffire à résoudre l’irritation et l’incontinence subséquente.


En cas d’irritation neurologique
Voir l’article associé.