Conseil pour reussir l’auto-rééducation périnéale.

Clé de voûte de toute rééducation :

Peu importe votre manière de travailler, vos choix et vos méthodes, essayez systématiquement de respecter les éléments suivants pour plus de succès :
– être patient
– Régulier
– Assidu
– S’y tenir

Trouvez votre stratégie et effectuez vos exercices, toute en gardant toujours en tête ses notions, cela vous rapprochera de vos buts.

Intégrez vos efforts à votre routine.

Si malgré les premiers conseils vous avez du mal à avancer donc à progresser, voilà l’ingrédient qui va vous permettre d’être efficace : la routine.

On se contraint à se fixer un objectif de préférence petit au départ (ex. : 10 contractions du périnée par jour) et on s’oblige à l’inclure à notre routine :
– Au réveil dans le lit j’effectue mes contractions
– Sur le chemin du boulot
– Devant la sortie de l’école…
Si vos efforts sont intégrés à votre routine, vous aurez plus facilité à respecter les clés de voûte.

Le travail doit être graduel :

Vous ne vous aidez pas lorsque vous commencez avec de grosses cibles à atteindre. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ».

Démarrez doucement, ensuite, progressez à rythme régulier et défini (ex. : tous les 3 jours, augmentez vos objectifs). Ainsi vous connaîtrez plus de succès et vous aurez moins de probabilité de décrocher ou d’abandonner.

Le travail musculaire simple ne suffit pas:

Le Périnée est certes un muscle. Mais muscler son plancher pelvien ne suffit pas pour être efficaces et durables contre l’incontinence urinaire. On associe au renforcement du périnée un travail global.
Voici les différents camps d’action qui vous permettent d’améliorer vos résultats :
– L’hygiène de vie
– L’alimentation
– Les comportements nuisibles.