L’accouchement et les fuites urinaires

  1. Quels sont les risques de fuites suite à un accouchement par voie basse ou par césarienne ?
  2. Quels sont les facteurs de risque d’IUE lors d’un accouchement par voie basse ?
  3. Faut-il privilégier la césarienne ?
  4. Quels sont les changements qu’implique la grossesse sur le plancher pelvien ?
  5. Quels sont les facteurs qui favorisent l’apparition de fuite durant la grossesse ?
  6. Quels sont les éléments qui contribuent à favoriser les traumatismes dans les voies basses ?
  7. Quelle est la place de l’épidural lors de traumatise du à l’accouchement ?
  8. Quelles sont les retombées d’un accouchement avec des forceps ?
  9. Quel impact l’épisiotomie provoque-t-elle sur le plancher pelvien ?
  10. Quels sont les dégâts que peut provoquer l’accouchement au niveau des nerfs ?

Quels sont les risques de fuites après un accouchement par voie basse ou par césarienne ?

Les risques d’incontinence urinaire d’effort (IUE) sont plus grands lors d’un accouchement par voie basse que par césarienne. Elle est de l’ordre deux fois plus grand.

Quels sont les facteurs de risque d’IUE lors d’un accouchement par voie basse ?

L’incontinence urinaire d’effort peut être plus ou moins importante en fonction de ses facteurs :

  • le poids de la patiente
  • la durée du travail
  • s’il y a présence d’IUE avant la maternité

Faut-il privilégier la césarienne ?

Il n’existe aucune indication pour une césarienne de première intention. Le fait de vouloir éviter le problème que l’accouchement par voie basse engendre ne suffit pas.

Sans étude évidente sur les risques et bénéfices d’un accouchement par césarienne par rapport à un accouchement par voie basse, il n’y a aucun intérêt à choisir l’un ou l’autre.

La grossesse provoque de nombreux changements dans le corps et l’accouchement et ses conséquences varient en fonction de ses changements.

Quels sont les changements qu’implique la grossesse sur le plancher pelvien ?

Durant la grossesse, les hormones affectent la composition de la matrice solide et des phases d’hydratation constituant chaque tissu du plancher pelvien.

Le collagène est un composant du tissu conjonctif qui contribue au soutien du col vésical. Donc, ce qui affecte les fibres de collagènes et leurs structures affecte également la mobilité du col vésical.

Ces différents changements peuvent dans certains cas provoquer des incontinences urinaires durant la grossesse.

Quels sont les facteurs qui favorisent l’apparition de fuite durant la grossesse ?

voici les facteurs qui favorisent l’apparition des incontinences urinaires durant la grossesse :

  • l’âge (au-delà de 35 ans)
  • le surpoids
  • la pratique sportive intensive
  • la cigarette

Il n’y a pas de relations génétiques mises en évidence sur l’apparition des incontinences urinaires.

Les changements hormonaux de la grossesse ne sont pas les seuls qui provoquent des traumatismes au niveau pelvien, il y a l’accouchement en lui-même qui est une réunion d’élément qui peut être plus ou moins traumatisant.

Quels sont les éléments qui contribuent à favoriser les traumatismes dans les voies basses ?

Il existe 4 éléments qui peuvent causer des traumatismes au plancher pelvien lors de l’accouchement par voie basse :

  • Traumatisme musculaire,
  • dégâts des tissus conjonctifs,
  • nerf abîmé,
  • vaisseaux abîment.

Quelle est la place de la péridurale dans les traumatismes dus à l’accouchement ?

L’usage de la péridurale augmente les traumatismes périnataux, car les périduraux augmentent les épisiotomies et les lacérations. De plus, la péridurale augmente l’usage d’instrument pour faciliter l’accouchement par 3. Donc cela cause encore plus de dégât. Lorsqu’il y a usage d’instrument, le risque de traumatisme augmente par 3.

Il existe des études qui disent le contraire, que les péridurales n’entrainent pas de traumatisme ou que la péridurale permet une détente musculaire qui améliorer l’accouchement et diminue les traumatismes.

Beaucoup d’études contradictoires existent sur le sujet de la péridurale toutes comme l’usage de forceps.

Quelles sont les retombées d’un accouchement avec des forceps ?

Lorsque l’usage de forceps s’ajoute à l’accouchement par voie basse il y a encore plus de chance d’abime l’élévateur de l’anus.

Quel impact l’épisiotomie provoque-t-elle sur le plancher pelvien ?

Qu’est-ce qu’une épisiotomie ?

L’épisiotomie est une incision du périnée effectué par un professionnel de santé au moment de l’accouchement dans le but de favoriser la sortie du bébé.

Quelles sont les conséquences possibles d’une épisiotomie ?

L’épisiotomie peut provoquer :

  • augmenter les pertes de sang,
  • les infections de la cicatrise
  • rupture des cicatrises
  • augmentation des douleurs post-partum
  • dyspareunie

En fonction de la zone et de l’orientation de l’incision, on peut catégoriser les épisiotomies en différents types.

On dit toujours qu’une épisiotomie orientée vaut mieux qu’un déchirement spontané et que cela améliore la cicatrisation et ses conséquences. L’usage de l’épisiotomie a grandement diminué avec le temps lié au fait qu’aucune étude n’a prouvé leur efficacité.

Selon une étude sur 4 patients sans épisiotomie seule, une développe une lacération de 2ds degrés. Or pour prévenir cette unique lacération, il faut faire 32 épisiotomies. L’usage de l’épisiotomie lors du premier accouchement par voie basse augmente les risques de lacération lors des accouchements suivants.

Quelles sont les conséquences de l’épisiotomie sur le plancher pelvien ?

L’épisiotomie latérale ou médio-latéral n’affecte pas les fonctions des muscles du plancher pelvien et n’augmente donc pas les incontinences urinaires. En effet, l’épisiotomie permet de limiter les dommages à une petite zone ce qui est bénéfique pour les muscles du plancher pelvien.

Quels sont les dégâts que peut provoquer l’accouchement au niveau des nerfs ?

Les nerfs qui sont le plus souvent touchés lors de l’accouchement sont : les branches inférieures du nerf rectal et le nerf pudendal.

Un nerf atteint est récupéré dans les six mois post accouchement, sinon le plus souvent dans l’année. Parfois, les dégâts du nerf pudendal, même avec une récupération partielle du muscle sphincter anal externe peuvent persisté et devenir plus marqué avec le temps.