Mode de vie chez les patients atteints de SVUI évocateurs d’HA.


Résumé
CONTEXTE:
En raison de la controverse existante sur le rôle du mode de vie dans la pathogenèse de l’hypertension artérielle HA, les associations possibles des symptômes des voies urinaires inférieures SVUI et de l’élargissement de la prostate avec la consommation d’alcool, la consommation de café, le tabagisme, l’activité physique, l’indice de masse corporelle (IMC) et les maladies concomitantes ont été étudiées dans la grande série de patients de l’étude QUIBUS.

RÉSULTATS:
Parmi les maladies concomitantes, l’hypertension essentielle était la plus représentée. Cependant, aucune influence additive ou synergique apparente sur les symptômes n’a été enregistrée dans ce sous-ensemble de la population. La consommation de café n’était pas associée au volume de la prostate ou aux SVUI. La consommation d’alcool était associée à l’urgence et à l’intermittence et à un score international des symptômes de la prostate SISP globalement plus élevé. Aucune influence majeure sur les symptômes n’a été observée chez les fumeurs. L’activité physique était associée à une fréquence plus faible de vidange incomplète de la vessie, de mictions répétées, d’intermittence et d’urgence. L’existence postulée d’une association entre l’IMC et l’HA n’a pas été confirmée dans cette étude. Lorsqu’une prédiction des scores SISP a été tentée en entrant les facteurs de style de vie dans un modèle de régression multiple, ils ont pu expliquer au mieux 5% de la variance de la variable dépendante.

CONCLUSION:
Les schémas de style de vie ont une plus grande influence sur les symptômes individuels que sur les scores totaux. Cette différence est parfois suffisamment élevée pour recommander des mesures de style de vie spécifiques aux patients avec SVUI et hypertrophie de la prostate.

Prezioso D1, Catuogno C, Galassi P, D’Andrea G, Castello G, Pirritano D.
Life-style in patients with LUTS suggestive of BPH.
Eur Urol. 2001;40 Suppl 1:9-12.

Texte originel: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11598347