Hygiène de vie et le plancher pelvien

Surpoids

Un poids corporel excessif entraine une pression intra-abdominale abusive qui résulte en une surpression vésicale. Le surpoids demeure un facteur de risque indirect dans le développement de l’incontinence urinaire.

En effet, l’augmentation de la pression intra-abdominale qui découle de l’obésité est un des éléments responsables dans l’apparition ou l’aggravation de certaines formes de perte urinaire.

Le fait de maigrir réduit les symptômes urinaires, tels que la fréquence des fuites et la surpression vésicale. Par conséquent il engendre une diminution de la prévalence des incontinences urinaires d’effort, par urgence et mixte.

Pour plus d’information sur l’obésité et le périnée, consultez le post : obésité.

Activité sportive

Le sport à haut niveau peut aussi augmenter les risques d’incontinence urinaire, tous comme la sédentarité.

Posséder une activité physique est très important et pas seulement pour la vessie. Mais, effectuer du sport de manière raisonné et réfléchi est essentiel. Une activité physique mal réalisée peut être plus nocive que bénéfique.

Pratiquez du sport de façon régulière, mais réalisez-le bien.


Pour plus d’information sur l’impact du sport sur le périnée, consultez ce post : Sport et périnée.

Tabac

Le tabac en soi n’a pas d’impact sur l’apparition de l’incontinence urinaire. Mais par contre il peut entretenir une incontinence urinaire déjà existant, grâce à aux effets néfaste de la necton sur l’organisme.

Les effets secondaires tels que la survenue de toux chronique ou de BPCO peuvent être dévastateurs pour le plancher pelvien. Effectivement, résister à la surpression qu’entraine la toux est l’effort qui demande le plus d’énergie au plancher pelvien.

Fumer moins protégera votre plancher pelvien, ralentira l’apparition des incontinences urinaire et enfin freinera l’aggravation d’incontinence déjà présente

Pour plus d’information sur les effets du tabac sur le périnée, voir le post suivant : Cigarette et périnée.